Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Suis-je là?
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Elucubrations narcissiques
La bête : Lili
La race : animal pseudo-domestique imaginaire
Le caractère : impossible
Les origines : un peu moi, un peu une autre.
Etat : délabrée, surtout de la charpente de la toiture.
Couleur : peu importe pourvu que ca flashe( avec double ration de paillettes siouplé)

Index des rubriques

J'espionne par là...

et ailleurs?

Jeune vieille

Ou vieille jeune, c’est selon.

 J’ai du mal ( encore? Oui, encore, je rame, que voulez-vous? un thé à la menthe et une tarte aux abricots et chocolat blanc, s’il vous plait). Avec quoi cette fois ci?

A faire la différence entre ce qu’il faut accepter de l’évolution des moeurs et ce qu’il faut refuser.

Donc, de nos jours, nous assistons au combat majeur et surrané de l’évolution normale des moeurs contre la perte de repère pure et simple.

A ma droite, dans le coin bleu, l’évolution normale des moeurs : l’ère du portable, les sms addicts, l’ère du tout et tout de suite, l’incapacité à nouer un vrai lien, à attendre sagement. Les défenseurs diront qu’il faut aller avec le vent, surfer sur la vague, admettre que la technologie change nos vies et pas toujours pour le pire. Les détracteurs diront que nous retournons à une ère d’enfance, où nous ne pouvons plus tolérer la frustration d’une non-réponse immédiate, où nous exigeons de voir satisfaits nos moindres besoins et désirs en un temps record et où, aussi, nous communiquons réellement de moins en moins.
Si il s’agit d’une évolution normale, il faudrait donc s’y faire, voire l’apprécier, l’attendre et l’accompagner. Là résiderait le secret de la hipness mais surtout, et plus fondamentalement, du bien-être dans son époque.

 A ma gauche, dans le coin rouge, nous avons la perte de repère pure et simple. Associée à cette évolution positive et normale, nous avons une flambée de violence (temps de crise, diront certains, crise perpétuelle rétorqueront ceux d’en face) tant physique que verbale, montée des périls extrémistes en tout genre, chute du respect ou d’une forme de respect entre être humains.

Au centre, en guise de flambeau à ramener dans son camp… Nous. Vous, moi, nos enfants, notre travail, notre société, en un mot comme en cent, notre vie. Dans son petit quotidien insignifiant. Et moi, je m’y perds. Et je ne cache pas que parfois, j’ai peur.

Comment différencier le normal du pas normal…. Le bon sens? Mais le bon sens, c’est quoi? C’est ce qui vous fait sentir, intuitivement, que ce que vous faites est bien ou mal, justifié ou non. Alors, le bon sens ça s’attrape comment? Par l’éducation? Est-ce à dire que tous les parents des jeunes qui insultent, crachent par terre, mettent les pieds sur les fauteuils dans les transports en commun, téléphonent en hurlant en rue, écoutent leur musique avec des haut-parleurs dans les endroits publics ont été mal éduqués? Je ne peux pas croire que tous ces parents, qui ont une dizaine d’année de moins que ma mère, sont des parents dépassés et/ou démissionnaires. Ce serait trop facile.
Et puis le bon sens, ce n’est qu’une convention collective de bienséance institutionnalisée. Le bon sens n’est ce qu’il est que parce que nous sommes nombreux (ou nous croyons être nombreux) à le penser. Que se passera-t-il quand nous serons moins nombreux? Le bon sens sera véhiculé par qui? D’autres gens, qui auront d’autres idées. Tant mieux? Dans un certain sens oui, toujours cette vague idée que lutter ne sert à rien, mieux vaut accompagner le changement.

Pour moi, la question reste entière : comment se fait-il qu’à 28 ans, ce qui n’est pourtant pas si vieux, alors que j’ai une vie pas vraiment installée, je me sente si loin de ces fameux jeunes d’aujourd’hui?

bavassé par Lili-la-tigresse, le Mercredi 16 Janvier 2008, 09:09 dans la rubrique "Tout sur rien et rien surtout".


Ragot(s)

  noals
noals
16-01-08
à 10:19

"comment se fait-il qu’à 28 ans, ce qui n’est pourtant pas si vieux, alors que j’ai une vie pas vraiment installée, je me sente si loin de ces fameux jeunes d’aujourd’hui?"
t'as qu'a te demander quel est l'age mental de ces jeunes d'aujourd'hui, l'éloignement s'expliquera de lui même si tu peux trouver réponse à cette nouvelle question...
Le bon sens, ça n'a rien de collectif sinon les collectivités auraient un peu plus de bon sens justement.

tu m'excusera, j'suis pas d'humeur pour une réponse plus longue.

noals, 25 ans...


  Lili-la-tigresse
Lili-la-tigresse
16-01-08
à 15:34

Re:

Noals, hyper-intéressante théorie! J'y réfléchirai...

  alberto
alberto
16-01-08
à 12:28

Tiens, tiens... Tu viens d'écrire un texte intéresssant et... plein de sagesse ! Félicitations.
(Le bon sens est le contraire du "mauvais" sens, il provient de la conscience. Si notre conscience est en bon état, sûr que nous avons du bon sens. Par contre si notre conscience est en mauvais état, sûr que le bon sens nous échappera).

La conscience nous indique intérieurement ce qui est bien ou mal, elle nous guide pour faire le bien (nous ressentons le sentiment de honte lorsque nous agissons mal). Si nous passons outre les signaux qu'elle nous indique, notre conscience risque de se détériorer et d'être faussée. Si nous persistons, nous ne ressentirons plus le sentiment de honte lorsque nous faisons l'interdit. C'est le cas d'une société trop permissive qui enlève tout interdit et où tout est permis, la conscience alors finit par ne plus fonctionner comme elle le devrait. Tout est chao !

C'est la porte ouverte à toute idéologoie et en tout cas à une drôle de société... dans laquelle la porte de sortie (ou l'issue de secours) sera de plus en plus difficile à trouver. J'espère pour toi.

  Lili-la-tigresse
Lili-la-tigresse
16-01-08
à 15:40

Re:

Je déteste ton ton condescendant. Bon, je suis susceptible, c'est un fait.

Si je suis à peu près d'accord avec l'idée que la conscience est ce qui permet de distinguer le bien du mal, je le suis beaucoup moins avec l'idée de "honte" si transgression du bien il y a.

Et tout ceci m'amène à poser la question suivante : en admettant effectivement que le problème des "jeunes d'aujourd'hui" est une difficulté à discerner le bien du mal, qui sont des valeurs temporelles et sociétales, comment intégrer le phénomène du glissement de valeurs?

J'illustre : Dans le métro, je suis scandalisée quand je vois un gamin écouter sa musique pour toute la rame, avec un haut-parleur. Je trouve que c'est "mal" parce que ma valeur dominante est le respect de chacun, qui passe par l'intimité de ses propres gouts en public et le respect d'un volume sonore acceptable. Et que se passe-t-il si le gamin trouve ça "bien" parce que pour lui, son confort personnel passe avant mon fameux respect?
Il a tord. Mais pourquoi? Pourquoi ma hiérarchie de valeur serait-elle meilleure que la sienne?

Ca me fait rigoler sous cape, quand tu me parles d'idéologie et de porte ouverte...


  alberto
alberto
16-01-08
à 16:15

Re:

Je te sens très tendue Lili. Je ne sais pas pourquoi, car je ne vais pas te manger ! ni t'obliger quoi que ce soit !

Pour ce que tu évoques dans le métro, je pense que c'est une question d'éducation. Tu as simplement une meilleure éducation que le type dans le métro.

  Lili-la-tigresse
Lili-la-tigresse
16-01-08
à 16:27

Re:

Tu me tends. A chaque fois que tu me parles, tu me tends. Ca doit être parce que je SAIS qu'on ne va pas être d'accord. Et que je sais que tu vas affirmer des trucs qui viennent de je ne sais pas où sans ce qui pour moi est l'essentiel de la prise de parole : l'humilité. Et cette humilité commence par exprimer son opinion, et non une Verité.

Ca aussi, je suis bien d'accord pour penser que j'ai une meilleure éducation. Mais pourquoi? Ca ne m'explique pas pourquoi... Et au delà du très humain penchant de voir toujours midi à sa porte, je ne vois pas ce qui me permet d'affirmer qu'elle est meilleure.


  alberto
alberto
16-01-08
à 16:47

Re:

Pourquoi tu as une meilleure éducation ?
Demande à ton papa et à ta maman.
Le gars du métro n'a peut-être ni papa ni maman.
D'où vient notre éducation ?

  Lili-la-tigresse
Lili-la-tigresse
16-01-08
à 16:56

Re:

Pas pourquoi MOI j'ai une meilleure éducation, pourquoi mon éducation est MEILLEURE?

Ma question porte sur la qualité de l'éducation et ce qui permet de qualifier la mienne de meilleure que la sienne, pas sur l'origine des-dites éducations.


  alberto
alberto
17-01-08
à 07:56

Re:

Je parle de l'éducation de tes parents

  castor
castor
16-01-08
à 18:22

Re:

Ah ben c'est la morale que l'on définit là, et tout le monde n'a pas la même. Le classique "Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse" est quasiment universel mais il pose le problème que tout le monde n'aime pas la même chose. On peut l'améliorer en prenant en compte les différences entre les individus, mais cela demande à chaque personne de considérer autrui avec un minimum de respect, et tout le monde n'y est pas habitué. Du point de vue de cette morale, tu l'appliques mieux que lui dans la mesure où tu t'es préoccupée de ce qu'il pensait, mais que lui ne l'a pas fait (ou pire, qu'il l'a fait et n'en a pas tenu compte).


  Pierre
17-01-08
à 18:12

Re:

le bien et le mal sont des sortes de systémes metriques d'une certaine forme idéalisée et  nomenclaturée , idéalisée par des sociétes contemporaines qui se sont construites à la foi sur la volonté de faire respecter des normes .normes etiquetées à la base par les puissants et par des castes.....et aussi parce que de tout temps les individus de types homo sapiens ont compris l'importance du groupe et d'une certaine idéalisation sociétale d'on la démocratie est un pseudo aboutissement.

La mémetique nous l'enseigne d'abord en laissant penser que tout organisme vivant est amené à collaborer..collaborer signifie laissé une partie de son être et ses libertés au profit d'une colléctivité qui le respecte et qui lui demande sa participation en retour.

L'education , cest une transmission culturelle et j'ose le CRIERRRRRRRRRRRRRRRRRR , une certaine ascendance génétique ( oui je sais c'est difficile à prouver) , les valeurs en sont la composante essentielles et varie de cultures en cultures.

Par contre nous avons tous une consciensce a penser que le mal et le bien sont des valeurs universelles ( tuer , violer , boire un pastis apres 19h) , y a t il une preconscience qui nous indique la voie , ou un leurre , un dictat finemment mis en place par ET   himself

ET bien non seulement je ne le sais pas , mais je m'en beurre la raie ...........en me relisant au passage je viens de m'apercevoir que mes propos n'ont aucun sens que celle d'un petit boboiste qui ne vit pourtant pas à Paris.

voila au fait Alberto la contre éducation a aussi produit Diogéne le Cynique ou Appolonius de tyane en contre partie d'un domitien ou d'autres tyrans.

relis le texte ou Diogene accusé de masturbation publique ( ce qui plairait à Caroline) se defend de prouver qu'une norme edictant des êtres à se reunir en secret dans des lupanars sans la moindre " conscience" le soir est là beaucoup plus condamnable ( et c'est toujours d'actualité)


  noals
noals
16-01-08
à 22:24

"Noals, hyper-intéressante théorie! J'y réfléchirai... "
j'pense juste que c'est ce qui fait la différence entre conformisme est bon-sens relatif. (par rapport à...)
tu peux encore y réfléchir je crois.

moralité, conscience, etc...
tous ça c'est en fonction du vécu, tu n'aura pas le même vécu qu'une personne donc forcement tu n'en fera pas les même conclusion philosophique personnel, ce qui définira ton point de vue et créera des distances plus ou moin grande entre toi et les autre individus car les centres d'interet ne seront surement pas ou plus les mêmes.
tu parle de communauté, d'éducation, etc... mais faut pas oublier l'objectivité...


  Lili-la-tigresse
Lili-la-tigresse
17-01-08
à 10:07

Re:

Mais, y a rien d'objectif dans mon sentiment :)

  noals
noals
17-01-08
à 14:56

Re:

c'est pas parce que tu dis que tu te sente loin de certain jeune que forcement c'est un sentiment ou alors c'est au niveau de ta conscience que tu devrai te poser des question.
y'a une différence entre les sentiments et les faits, j'pense que t'es asser grande pour faire la différence mais j'peux me tromper.

j'vais te dire, j'peux paraitre prétencieu et je le suis parfois mais il m'est déjà arrivé de débattre avec des gens sur des sujet philosophique en sachant tres bien que le débat aller tourner en rond ou finir de tel ou tel sorte tellement la "distance" ete grande entre nous.
le fait ete cet distance et le seul ressentiments pour moi ete la frustration de pas trouver quelqu'un avec une répartie plus intéressante.

mais bon, on tue le temps comme on peut. ^^

ps : y'a pa de sentiment dans le bon sens.


  Anonyme
22-03-08
à 16:41

une idée

Bon, ça m'a passé par la tête juste comme ça... Je pense que tout le monde finit par penser au cours de sa vie qu'il y a eu un changement majeur dans la morale et voit ça comme quelque chose d'historiquement gros, d'anormal et de risqué . Malgré tout, je pense qu'en général, l'évolution de la morale est constante à travers le temps et normale, et que c'est plutôt un mélange de vieillissement (donc d'habitude et de résistance au changement) combiné à une tendance à rester centré sur sa vie et ses expériences qui donne l'impression que le bien et le mal changent dramatiquement.

Autrement dit: de tous les temps, on a des témoignages de personnes qui s'offusquent des habitudes nouvelles des jeunes ou des changements moraux (pensons Nietzsche et une certaine citation de Platon). C'est normal qu'en vieillissant, on ait l'impression que les choses changent beaucoup, car je crois qu'on devient un peu plus résistants au changement (moi y compris, et sans vouloir inclure un sens péjoratif). Simplement, les enfants sont à peu près en symbiose avec leur environnement et intègrent à peu près tout ce qu'ils vivent (normal, ils se constituent une "base"), les ados intègrent des normes qui leur semblent tout à fait normales (même si pour nous, écouter de la musique avec des hauts parleurs dans le métro, c'est pas normal) et un jour, quand ils vieilliront et que des jeunes intégreront des normes différentes, ils auront eux aussi l'impression que le monde subit un changement majeur.

Bref, je crois que l'important, c'est simplement de se rappeler que les conduites des gens peuvent avoir des sens différents pour eux et pour nous. Et de garder l'esprit ouvert.