Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Suis-je là?
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Elucubrations narcissiques
La bête : Lili
La race : animal pseudo-domestique imaginaire
Le caractère : impossible
Les origines : un peu moi, un peu une autre.
Etat : délabrée, surtout de la charpente de la toiture.
Couleur : peu importe pourvu que ca flashe( avec double ration de paillettes siouplé)

Index des rubriques

J'espionne par là...

et ailleurs?

Chroniques sociales II
=> Hopital.

J'ai 21 ans, je suis en stage dans un hôpital semi-privé. Entendez par là qu'on ne se coltine pas les gens qui n'ont pas les sous pour payer ( sauf urgence quand-même, les médecins ont prêté le serment d'Hypocrate). La clientèle que je vois est donc plutôt triée sur le volet... De plus, je suis attachée à l'assistante sociale qui se charge de la maternité et de la périnatalité. A priori, je devrais voir des futures ou fraiches mères, plutôt aisées, contentes de leur sort.
Et pourtant....
Un matin, appel de l'obstétrique, une jeune fille vient d'arriver, en plein travail. D'habitude, quand nous sommes appelées à ce stade-là, c'est que la future mère n'a pas payé son dernier trimestre de mutuelle ou qu'elle s'inquiète des démarches à faire pour reconnaitre l'enfant. Rien d'alarmant donc. Quand nous descendons, nous croisons une effet une jeune fille, littéralement emballée dans un survêtement, un pull, une jupe, une robe, les pieds chaussés de sandales et de chaussettes. Le tout n'est pas très propre. Elle a les cheveux très emmêlés.
Nous rencontrons l'infirmière en chef qui nous fait le topo.
Tout juste 18 ans, rom d'origine, elle vit avec toute une communauté non loin de là qui est bien connue ( quand ils viennent, ils n'ont pas de couverture mutuelle mais ils payent tout en cash. Un accouchement normal c'est plus de 3000 EUR!!). Elle est arrivée la nuit aux urgences, avec des crampes à se tordre. Après une batterie d'examen, l'évidence saute aux yeux. Elle n'est pas malade, elle accouche. Et si on nous a apellée, c'est... parce qu'elle n'en sait rien.
Le médecin veut que l'AS soit là quand il lui annoncera la nouvelle pour pouvoir répondre à toutes les questions de procédure... L'entretien commence. Le médecin commence par lui poser des questions censées la mettre sur la voie. Elle y répond de bonne grâce. Elle n'a pas pris de poids ces derniers mois. 2 ou 3 kilos mais rien de notable. Elle n'est plus réglée mais ne s'est pas inquiétée. Quelle aubaine en fait! Elle est vierge. Là, ca commence à se corser. Nous comprenons que la personne qui l'accompagne et que nous prenions pour son petit copain est en fait un cousin. Nous le faisons sortir sous prétexte d'examiner la jeune fille.
Voyant qu'elle refuse de tirer les conclusions qui s'imposent mais qu'elle demande avec insistante à ce qu'on la soulage, le médecin lui assène la vérité : elle est enceinte, elle va accoucher dans les heures qui viennent et il faudra qu'elle décide si elle veut le garder ou pas. Là, la demoiselle qui était très embêtée de parler devant son cousin semble soulagée. Et elle nous explique que si c'est CA c'est pas si grave. Elle avait peur d'avoir attrapé une MST qui aurait été vraiment déshonorante. Un bébé, c'est supportable. Bien sur, c'est ennuyeux et elle va devoir le dire à son cousin et puis à son père mais le père de l'enfant, qui fait partie de la communauté, va l'épouser. Et ils élèveront leur bébé à deux, au milieu de l'immense tripotée d'enfants que la famille élargie compte déjà.
Un peu décontenancés, nous la laissons annoncer la nouvelle à son cousin. L'infirmière a pour consigne de rapeller l'AS si la demoiselle a des questions à poser.
Elle ne nous rapellera jamais.
Et la demoiselle accouchera quelques heures plus tard d'un joli bébé rose.
bavassé par Lili-la-tigresse, le Lundi 12 Décembre 2005, 18:57 dans la rubrique "Chroniques sociales".